MES COUSINS DE MADAGASCAR

De ma mère, je savais qu'elle était "blésoise", que ses parents avec leurs enfants avaient quitté la France pour Madagascar au début du siècle, qu'elle était donc née à Tananarive et que le frère de son père avait épousé une jeune femme malgache.

Au cours d'une promenade à Paris, mon mari et moi sommes passés devant un magasin qui vendait des produits malgaches. Inévitablement, nous sommes entrés et avons regardé les nappes, les meubles et comme à l'époque nous avions le projet de faire un jour le voyage jusqu'à Madagascar, nous sommes repartis avec un petit guide du voyageur "Le Petit Futé".

J'avoue que j'ai parcouru ce livre assez rapidement, mais quelques lignes avaient attiré mon attention "adresses pratiques et utiles à Tananarive"et entre autres, celle-ci :

"La Librairie de Madagascar : vous y trouverez la presse malgache, des journaux européens, des livres sur Madagascar, des plans de ville et cartes routières, une papeterie, des cartes postales,des romans et livres de poche à foison. Et surtout, vous pourrez y rencontrer notre ami,le libraire-éditeur Yves Balanche. Installé depuis quatre décennies à Madagascar, il parle parfaitement le malgache, connaît les provinces et les villages de la grande île, et bien des pistes inédites de l'Océan indien. Ce français du bout du monde, qui est un homme de lettres et un humaniste, vous réservera une rencontre de poésie et de gentillesse".

La dernière phrase me plaisait bien et je m'enhardis à adresser un courrier à Monsieur Balanche lui expliquant que je commençais la généalogie de ma famille, que je savais que j'avais des cousins malgaches et que, peut-être, il les connaissait.

Un mois plus tard, je recevais de ce monsieur une charmante lettre m'informant qu'il avait transmis mon courrier au maire qui connaissait effectivement une descendante de mon grand-oncle. Une nouvelle lettre de Madagascar me parvint. Elle émanait de cette jeune femme qui me disait que je pouvais prendre contact avec ses parents qui habitaient en France et qui seraient à même de me fournir les renseignements dont je pouvais avoir besoin.

J'ai donc écrit à ses parents, nous avons communiqué par téléphone, puis ils nous ont fait le plaisir de nous rendre visite à Paris, nous avons échangé nos données généalogiques et c'est grâce à eux que j'ai connu le lieu de naissance de mes grands-parents et que j'ai pu ainsi remonter les générations. Que de remerciements je leur dois.

retour à Mes Recherches généalogiques

haut de page

Valid HTML 4.01 Strict